widgets

   
  www.anep.fr
  Newsletter courante
 

 INDEMNITES DES ENSEIGNANTS

Les éclaircissements du MEBA

La ministre de L’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, Odile Bonkoungou, a animé une conférence de presse le jeudi 2 avril 2009 à Ouagadougou. Cette rencontre avec la presse a porté sur la gestion des classes multigrades, les conférences pédagogiques annuelles des enseignants et les groupes d’animation pédagogique.

 

A travers la conférence de presse qu’elle a animée le jeudi 2 avril dernier, Odile Bonkoungou espère avoir donné aux enseignants "l’information saine en vue de favoriser une année scolaire plus calme et plus apaisée et de préparer plus sereinement l’année scolaire 2009-2010". Car, a-t-elle fait remarquer, de multiples griefs sont formulés contre le MEBA, sur un certain nombre de préoccupations liées aux classes multigrades, aux conférences pédagogiques annuelles des enseignants et aux groupes d’animation pédagogique. Ces préoccupations ont surtout trait aux indemnités dues aux enseignants. Concernant les classes multigrades, la ministre a indiqué que l’indemnité mensuelle était de 15 000 F CFA par enseignant soit 180 000 F CFA par année civile. Globalement, cela coûte à l’Etat 528 954 800 F CFA. Il est à signaler au passage que pour le compte de l’année 2007 - 2008, les indemnités du deuxième semestre qui accusaient un retard de paiement devraient être servies à la date d’aujourd’hui. Car, toujours selon la ministre, les mandats ont été émis, et les avis de crédits édités et validés. Cependant, l’ouverture de nouvelles classes multigrades pour l’année scolaire 2008 - 2009 est suspendue. Cela du fait de difficultés d’ordre pédagogique et financier. Entre autres difficultés citées par la ministre, les effectifs pléthoriques, l’ouverture anarchique de classes multigrades sans l’autorisation préalable de l’autorité. Cette mesure vise à mieux cerner l’organisation des classes multigrades, a soutenu Odile Bonkoungou. Parmi les difficultés majeures au niveau des conférences pédagogiques, on peut citer notamment l’insuffisance des moyens alloués pour faire face aux contraintes majeures (déplacement, hébergement, alimentation, documentation, etc.) et, par conséquent, le boycott de la conférence par les enseignants. Selon la ministre, en 2008 - 2009, le gouvernement a fait des efforts tendant à améliorer la situation. Cela est contenu dans un protocole de gestion initié à cet effet, a-t-elle dit. Selon la ministre, pour l’année scolaire 2008-2009, les enseignants prenant part aux conférences pédagogiques perçoivent 5 000 F CFA pour les 3 jours en ce qui concerne les non résidents, et 2 000 F CFA pour les résidents. Le nouveau protocole de gestion applicable à la rentrée 2009-2010, prévoit les taux suivants :
- non résidents : 5 000 F CFA par jour pendant 3 jours soit 15 000 F CFA ;
- résidents : 2 500 F CFA par jour pendant 3 jours, soit 7 500 F CFA ;
- animateurs (CCEB et CPI) : 6 000 F CFA par jour pendant 4 jours, soit 24 000 F CFA
- organisateurs (gestionnaires des DPEBA et des CEB) : 4 000 F CFA par jour pendant 4 jours, soit 16 000 F CFA.


Source:Le Pays

 
  35705 visiteurs (67429 hits) Ici! Tous droits reservés à l'ANEP  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
L'ANEP, un cadre d'actions et d'expression des enseignants du Primaire du Burkina.