widgets

   
  www.anep.fr
  Activites
 

ASSOCIATION NATIONALE POUR LE BIEN ETRE

DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE (ANEP)

-------------------------------------------- 
 

 Rapport sur la conférence de la Réforme de l'Education au Burkina Faso

Dans le cadre de ses activités de sensibilisation, de formation et d’information, l’association nationale pour le bien être des enseignants du primaire (ANEP) a organisée le samedi 26 avril 2008 sa première conférence autour du thème : «  La réforme du système éducatif :défis et enjeux ».

Initialement confiée à l’animation des deux ministres en charge de l’éducation, cette rencontre à été à la dernière minute présidée par monsieur le Secrétaire Général du ministère de l’enseignement de base et de l’alphabétisation, assisté de monsieur Bazié  Jean Paul, Conseiller technique du ministre de l’enseignement de base, de monsieur Sibiri Korbéogo, directeur régional de l’enseignement de base et de l’Alphabétisation du centre. L’instance a été honorée par la présence d’un représentant du ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale, monsieur Lucien HIEN, directeur de l’Education de la petite enfance

.

La présence remarquable des APE, les fondateurs des écoles privées des encadreurs pédagogiques (IEPD et CPI) des directeurs d’écoles, la présence massive des enseignants, mérite une grande mention.

 

C’est le secrétaire général de l’ANEP qui fut le  premier à prendre la parole pour saluer les autorités et les différents participantes et participants à cette conférence. Dans son allocution il a tenu à expliciter le caractère apolitique et non syndical de l’ANEP.

Monsieur le secrétaire général du MEBA dans son mot introductif au thème de la conférence a beaucoup félicité les responsables de l’association pour leur grande initiative et leur esprit partenarial pour lutter aux côtés du MEBA à relever les défis de l’éducation au Burkina Faso.

Il a ensuite donné les fondements de la réforme du système éducatif burkinabé qui sont entre autres la conférence de Jomtien, les états généraux, le sommet de Dakar, les Assises de Ouagadougou. L’exposé proprement dit s’est bâti autour de principaux points qui sont :

Ø      Les objectifs visés par la réforme ;

Ø      Les résultats attendus à travers la réforme ;

Ø      Les principes qui régissent la réforme ;

Ø      Le nouveau système éducatif envisagé ;

Ø      Les enjeux et les défis d’une telle réforme

Pour le  conférencier, les objectifs visés par la réforme sont  entre autres :

-          établir des passerelles entre les différents sous systèmes de l’éducation ;

-          professionnaliser les filières à tous les niveaux ;

-          renforcer les capacités de pilotage et de gestion des structures ;

Par rapport à ces objectifs, des  résultats tels que les suivants sont attendus :

-          l’application du principe de l’obligation et de la gratuité de l’école ;

-          la restructuration du système éducatif ;

-          les cycles terminaux sont effectifs ;

-          l’offre de base est développée et adaptée pour une éducation pour tous ;

-           l’amélioration de l’efficacité externe du système

Les principes qui régissent la réforme en questions  sont entre autres :

-          le principe de l’obligation et de la gratuité de l’école ;

-          l’efficacité des cycles terminaux et des passerelles ;

-          l’encadrement juridique qui permet à chaque ordre d’enseignement d’avoir des buts et des objectifs et des obligations ;

-          le principe de la transversalité de l’enseignement ;

-          le principe de développement des compétences

-          l’adoption d’une démarche participative ;

-          etc.…

Le nouveau système éducatif envisagé conserve les trois sous système éducatifs qui sont le formel le non formel et l’informel avec une modification par rapport aux  ordres d’enseignement. En effet, selon le secrétaire général du MEBA, la spécificité de cette structuration est l’annexion du post primaire c'est-à-dire le premier cycle du secondaire à l’enseignement de base. Cela fait que désormais l’enseignement de base va concerner les enfants de trois à seize ans.

Les enjeux et les défis d’un tel projet de réforme de notre système éducatif ne sont pas négligeables.

Des enjeux, l’on peut mentionner d’ores et déjà :

-          les risques à prendre ;

-          l’adaptation des programmes

-          la priorisation des approches pédagogiques ;

-          l’atteinte des objectifs du millénaire ;

-          la professionnalisation à tous les niveaux

-          etc.… 

Des défis, il s’impose:

-          la mise en œuvre du système éducatif lui-même ;

-          l’accroissement des différents taux  de scolarisation et d’admission ;

-          la promotion de l’enseignement privé

-          le développement de la recherche action ;

-          le renforcement du système de gouvernance ;

-          etc.….

La communication s’est poursuivie avec une série d’interventions que le conférencier a su regrouper en quatre  principales préoccupations qui  sont :

Ø      la question d’implication

Ø      la notion d’obligation et de gratuité

Ø      la gratuité et le privé

Ø      le redoublement

 

Par rapport à la question de l’implication  le conférencier trouvera en la présente conférence initiée par l’ANEP,  une occasion pour les ministères en charge de l’éducation dans notre pays de renforcer les activités d’information/communication nécessaires au succès de cette réforme de l’éducation. Se prononçant sur le processus de sensibilisation et d’implication qui doit se poursuivre si l’on veut relever les defis de l’éducation dans notre pays, le DREBA du Centre a informé les participants du cursus régulier de ce processus. Des rencontres avec les Hauts commissaires et des Elus locaux ont déjà eux lieu.

La notion d’obligation et de gratuité, dira le conférencier est très ancienne. La seule différence est que la présente réforme interpelle la mobilisation sociale. L’implication de toutes les couches sociale notamment des communautés de base, des collectivités offre plus de crédibilité et de chance de réussite à la réforme. La multiplication des classes sous paillotes en est une grande preuve de l’engagement des communautés.

Par rapport à l’inquiétude exprimée, la gratuité de l’école ne saurait en aucun cas ralentir la promotion et la prospérité des écoles privées .La recherche de la spécificité, des valeurs sociales et religieuses dans l’éducation des enfants maintiendront  l’école  privée.

             Le redoublement n’est pas souvent bien compris ni par les enseignants ni par les parents. Loin de renforcer les acquis de l’élève, il favorise plutôt l’exclusion de l’enfant du système. Il demande un suivi particulier de celui-ci, un enseignement différencié.

Pour monsieur le conseiller technique, dans notre système éducatif, la culture de l’échec est à proscrire. « L’école doit être anthropogène et non anthropophage .Faire redoubler un élève ne lui fait avancer en rien, cela  rabaisse plutôt l’enfant. »

 

L’intervention du chef de circonscription de  Pabré  a apporté l’assurance sur le bon déroulement du projet pilote de la réforme en matière de gratuité de l’enseignement et de l’extension de l’éducation de base. Les effets sont déjà probants. A titre d’exemple, à la rentrée 2008, la CEB de Pabré a enregistré 1324  inscrits. Le CEG de la même localité a reçu 508 élèves  en classe de sixième.

 

Le dernier mot est revenu à monsieur Jérôme Kaboré, président de l’ANEP. Celui-ci a encore insisté sur le caractère apolitique et non syndical de sa structure. Elle a saisi de l’occasion pour présenter le programme de l’association. Dans les prochains jours, Bobo , Fada et Ouahigouya auront leur part de conférence sur le même thème. Le public a été informé du programme de formation des enseignants que l’ANEP organise. Les enseignants de CP1 des enseignants du privé sont prioritairement concernés.

C’est sur des lignes de satisfaction que le Président de L’ANEP a clos l’activité de la journée.

 

 

 

 

 

                                      La chargée du rapport


AGENDA

Le 28 juin 2008 aura lieu à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bobo-Dioulasso la deuxième grande conférence sur la Réforme de l'Education au Burkina Faso organisée par l'ANEP. Les ministres en charge de l'Education dans notre pays ont été sollicités pour l'animation de cette deuxième grande conférence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  34900 visiteurs (65734 hits) Ici! Tous droits reservés à l'ANEP  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
L'ANEP, un cadre d'actions et d'expression des enseignants du Primaire du Burkina.